La méthodologie

Selon l’AMF, il existe en France 5 grandes agences qui attribuent des étoiles aux fonds Européens. Du fait de l'utilisation de méthodologies assez différentes, les résultats des notations d’un même fonds par ces 5 agences peuvent être différents et mettre en évidence des divergences de vue et d’appréciation.


S’il n’est pas indispensable de posséder les bases mathématiques nécessaires à la compréhesion des calculs eux-mêmes, il est de première importance de bien comprendre les principes des méthodologies utilisées.


La présentation méthodologique qui vous est proposée ne peut bien entendu pas détailler l’ensemble des techniques mises en œuvre mais elle résume en quelques pages les principales étapes méthodologiques que nous suivons pour aboutir aux notes que nous attribuons.



1er principe


Pour noter , il faut tout d’abord établir des sous-ensembles cohérents dans la population des fonds.


Pour établir ces sous-ensembles, nous avons retenu une approche par le risque c'est-à-dire que nous considérons qu’un fonds peut être comparé à un autre à partir du moment où ils ont tous les 2 des profils de risque assez proches.
Par exemple, si l’on suppose 8 fonds « actions internationales » , les uns investissant majoritairement en Asie/pacifique, les autres investissant de façon équilibrée sur les trois continents, ces fonds seront classés dans 2 catégories différentes : Les uns en Asie/pacifique , les autres en « actions internationales » .
( Notez au passage que cette classification par le risque, permet une meilleure appréciation de ce sur quoi vous investissez réellement.)
Ce principe est évidemment d’une importance primordiale car au moment de comparer les performances pour classer et établir une notation, les comparaisons seront faites non plus parmi ces 8 fonds entre eux mais uniquement entre les fonds à profil de risques similaires. Les fonds Asiatiques seront donc comparés entre eux tandis que les fonds internationaux le seront entre eux également.


Petit exemple illustré :

Si l’on groupe tous les "non Français" dans une seule catégorie « actions internationales »


 Fonds 1F2F3F4F5F6F7F8PERFORMANCE de la catégorie actions internationales
Performance 1 an:08%15%05%10%06%13%11%09%9.62%
Sur la base des performances par rapport à la moyenne :
CLASSEMENT61er847235 

Dans cet exemple, la moyenne de performance de la catégorie "actions internationales" est 9,62% et c'est le fonds F2 qui est premier du classement.
Regardons maintenant ce qui se passe si l’on parvient à identifier que F2, F4 , F6 et F7 sont en fait très investis en Asie , et qu'en fait seuls F1 , F3, F5 et F8 ont vraiment des profils répartis à l'international :
La première conséquence est bien entendu que seuls ces 4 fonds doivent concourir dans la catégorie "actions internationales" et le tableau de classement devient donc le suivant :


 Fonds 1F2F3F4F5F6F7F8PERFORMANCE de la catégorie actions internationales
Performance 1 an:08%15%05%10%06%13%11%09%7 %
Sur la base des performances par rapport à la moyenne :
CLASSEMENT2 4 3  1er 

Vous constaterez que bien entendu, l’ordre de classement a changé, mais vous noterez également que la performance de la catégorie est sensiblement diminuée, ce qui reflète le fait que les fonds Asiatiques, qui étaient les plus performants, sont maintenant classés entre eux.
On touche ici à un point fondamental de tous les systèmes de notation : LA CLASSIFICATION


En effet cette étape est fondamentale car elle détermine l'univers de référence des concurrents. Une erreur très courante dans ce domaine consiste à mélanger dans une même catégorie les petites capitalisations avec les grandes,ce qui , comme dans notre exemple précédent, fausse totalement les résultats.


2ème principe


La notation doit être établie par rapport aux performances des fonds concurrents de la même catégorie, seul critère qui reflète le choix qui s’offre réellement à l’investisseur au moment de choisir un fonds ou au autre.
Les critères de performance brute , corrigée ou même de performance relative à un index sont intellectuellement satisfaisants mais restent peu concrets.


3ème principe


Le rating doit refléter une performance sur le moyen terme. Cependant calculer une performance date à date sur 3 ans introduit un biais très important : Si un fonds a fait une sur(sous)performance exceptionnelle sur 2 trimestres, il va être favorisé ( pénalisé) pendant toute la période !
Pour éviter ce biais, nous privilégions un calcul par des séries d’observations reflétant la fréquence des gains c'est-à-dire l’habileté régulière du gérant. Notre méthodologie est basée sur 12 observations annuelles couvrant près de 4 ans de performance.


Petit exemple illustré : ( 12 observations trimestrielles pour l’exemple )


PERFORMANCE Trimestrielle ( en % ) (Hors composition )T10203040506070809101112TOTAL
Fonds 1+1+2+6+8+1+1+1+1-1-3-2+1+16%
Fonds 2+1+3+2+2+2+2+2+1-1-1-1+2+14%


Calcul en performance 3 ans point à point :
+16% pour le fonds 1 qui est donc mieux classé que fonds 2 ( +14 %) Cette performance et ce classement sont tout à fait justes A CONDITION d’avoir détenu le fonds1 sur toute la période de 3 ans sans réinvestir ou désinvestir.


Calcul en observations trimestrielles :


Qui est le meilleur fonds sur le trimestre ?=F2F1F1F2F2F2==F2F2F2 
Nb d’observations de performances égales : 3
Nb d’observations de meilleures performances de F1 : 2
Nb d’observations de meilleures performances de F2 : 7

Nous préférons mieux noter le fonds F2 que le fonds F1 car il a surperformé le fonds F1 dans de plus nombreux cas de figure d'évolution du marché y compris dans la phase de baisse observée pendant les T9 à T11. Par ailleurs, cette méthode reflète probablement mieux la réalité d’une épargne régulière trimestrielle.

Cet ensemble de grands principes méthodologiques a été retenu et appliqué pour établir notre système de notation. Ce système de notes permet d’identifier les fonds qui,en moyenne sur 3 ans, ont mieux performé que leurs concurrents et permet donc à l'investisseur de choisir le meilleur produit sur moyen terme.

Ces règles et les calculs afférents ont été audités et validés par l’institut Dauphine finances au cours de 2 audits demandés par le journal Le monde en 1998 et 2006.


La méthodologie est décrite ici : Methodology AM rating
La liste des catégories pourles Grands Prix est disponible ici : catégories

Les principaux résultats sont disponibles ici : résultats

Plus de détails sur le calcul des risques : Calcul des risques